Ressources documentaires AB

  1. Accueil
  2. Docs
  3. Ressources documentaires AB
  4. Vie du réseau
  5. Anniversaire : Saint-Joseph – La Salle d’Auxerre fête ses 200 ans

Anniversaire : Saint-Joseph – La Salle d’Auxerre fête ses 200 ans

   

Pour ses 200 ans, l’ensemble scolaire bourguignon a organisé un temps fort fédérant l’ensemble de la communauté éducative. Retour sur l’événement avec Gabriel Andreï, chef de l’établissement.

Leslie Ben Guigui : Vous fêtez aujourd’hui les 200 ans de votre établissement Saint-Joseph – La Salle. En quelques mots, présentez-nous votre établissement.

Gabriel Andreï : Saint-Joseph – La Salle, établisse- ment associé à l’État au service public d’éducation, est placé sous la tutelle des Frères des Écoles chrétiennes dont le fondateur est saint Jean-Baptiste de La Salle. Arrivés en 1818 à Auxerre, à la demande des autorités religieuses et civiles, et séduits par Jean- Baptiste de La Salle ainsi que par son charisme, les frères ont construit et développé le réseau lassallien dans la ville. Leur présence a été contagieuse car l’œuvre s’est développée grâce aux éducateurs laïques qui désormais sont complètement intégrés à l’héritage lassalien et à son avenir.

Aujourd’hui, notre établissement accueille, dans un parc de 10 hectares, 1 850 élèves de la maternelle jusqu’aux sections de techniciens supé- rieurs, dont 385 élèves scolarisés en maternelle et en élémentaire, 780 collégiens, 570 lycéens et 115 étudiants. Parmi eux, on compte une centaine d’internes.

Nos jeunes sont encadrés par 115 enseignants et le bon fonctionnement de l’établissement est assuré par 68 salariés (éducation, administratif, maintenance et entretien) sans oublier la vingtaine de personnes salariée par des entreprises extérieures et travaillant dans l’établissement.

LBG : Depuis combien de temps en êtes-vous le chef d’établissement ? Quel est votre parcours dans l’Enseignement catholique ?

GA : Je suis dans le réseau lassallien depuis le début de ma mission dans l’Enseignement catholique, en 1991. Tout d’abord au bord de la Manche au Sacré-Cœur de Saint-Brieuc, ensuite au bord de la Seine à Saint-Nicolas — La Salle d’Issy-les-Moulineaux et actuellement au bord de l’Yonne au sein du groupe scolaire Saint-Joseph-La Salle – Sainte- Thérèse à Auxerre. Sollicité par les frères j’ai été enseignant, ensuite directeur adjoint pendant cinq ans et depuis 2006 chef d’établissement. À partir de la rentrée prochaine je reposerai mon sac au bord de la Seine pour répondre à un nouvel appel des Frères des Écoles chrétiennes et diriger l’ensemble scolaire La Salle – Passy-Buzenval.

LBG : Revenons à Jean-Baptiste de La Salle, si vous deviez établir le CV “bicentenaire” de l’établissement, quels seraient les temps forts à retenir ?

GA : Nous avons vécu un moment fort lors de la messe d’action de grâce présidée par Monseigneur Giraud, archevêque de Sens-Auxerre, en la cathédrale d’Auxerre. En effet, l’ensemble de la communauté éducative (élèves, étudiants, enseignants, personnels, anciens élèves) était réunie autour des Frères des écoles  chrétiennes. Ce temps fort du matin a permis à l’assemblée de mieux connaître saint Jean-Baptiste de La Salle, son œuvre et ses intuitions pour la bonne éducation des jeunes dans une foi chevillée au corps. S’en est suivi l’inauguration de la statue de notre saint fondateur qui a trouvé une très belle place à l’entrée de l’établissement.

La présence de nombreuses personnalités telles que l’archevêque, le vicaire général, le directeur diocésain, la tutelle lassallienne représentée par le Frère visiteur adjoint Jean-René Gentric, le délégué de tutelle Pascal Lhoste, le préfet, le maire de la ville, le président du conseil départemental, la secrétaire générale de l’inspection académique, les représentants des corps d’armées ou encore les entrepreneurs du département, sont un signe de reconnaissance du travail effectué au sein de notre établissement. Les allocutions suivies d’un cocktail ont clôturé cette manifestation du bicentenaire.

LBG : Comment se vit au quotidien le charisme propre de la tutelle ?

GA : Le charisme lassallien plonge ses racines dans l’expérience fondatrice de Jean-Baptiste de La Salle et des premiers Frères. Le nombre de frères diminuant, aujourd’hui il est porté et vécu par des laïques eux-mêmes en mesure de le transmettre à d’autres et qui se reconnaissent dans la manière de vivre leur métier d’enseignant et d’éducateur. L’établissement doit être un lieu où le témoignage de l’adulte donne envie de grandir. Avoir l’ambition de « Construire l’Homme et de dire Dieu » passe par des attitudes, des attentions et des comportements du quotidien. Il s’agit de cette manière singulière de vivre l’école, la relation éducative et l’animation de l’établissement scolaire pour une éducation globale humaine et chrétienne des jeunes avec une priorité pour les plus défavorisés. L’école doit être une chance pour chaque jeune avec un regard exigeant et bienveillant. Le sillon de l’éducation et de l’instruction se trace chaque jour : on ne s’y repose jamais.

LBG : Quels projets vous ont rendu le plus fier ?

GA :  Je vais en citer trois :

  • préparer l’avenir des jeunes qui nous sont confiés : dire et redire constamment, aussi bien dans les mots que dans l’action l’importance de s’adapter aux évolutions pédagogiques et l’importance primordiale de donner toute la place nécessaire aux jeunes en difficulté. Porter un regard de confiance et de foi dans l’avenir de chaque jeune. Notre disponibilité, notre adaptabilité et notre fraternité seront toujours les signes que nous sommes bien au service d’une mission. Ces signes vécus restent notre meilleure publicité ;
  • dès mon arrivée, en lien avec l’organisme de gestion, nous nous sommes attachés à entreprendre un grand programme de modernisation de l’établissement. Projet passionnant qui nous a permis de réfléchir aux besoins futurs afin d’offrir à nos élèves des locaux plus modernes, équipés des dernières améliorations technologiques. Un ancien élève des années 90 aurait quelques difficultés à reconnaître son établissement. Ce projet immobilier profitera largement à beaucoup d’élèves d’aujourd’hui et de demain ;
  • le développement et la création de plusieurs sections études et sports en offrant aux élèves la possibilité de pratiquer intensément un sport en même temps que leurs études. Pour ce faire, nous avons réalisé un beau plateau sportif d’un peu plus de 8 000 m2.

LBG : Vous êtes fréquemment en relation avec la Fnogec, sur quels sujets faites-vous appel à la fédération ?

GA : Tout d’abord, les relations que nous tissons avec l’Udogec et sa présidente Marie-France Chanliau, et respectivement avec l’Urogec et son président Pierre Brossier sont très bonnes. En même temps, nous profitons largement des outils mis à notre disposition par la Fnogec sur le social, la gestion financière et l’immobilier. Par ailleurs, la nouvelle plateforme numérique Isidoor nous aidera beaucoup dans le quotidien. Nous profitons également de la mise en place des webinars qui nous permettent d’être mieux accompagnés dans la mission sans avoir à se déplacer, ce qui est appréciable.


Propos recueillis par Leslie Ben Guigui, assistante du pôle Social de la Fnogec, en charge des certifications de compétences, « Arc boutant », N° 582, juin 2018. 

Étiquettes

Comment pouvons-nous aider ?