Dernière modification : 3 décembre 2019
Temps de lecture estimé : 2 min

Dans un bâtiment en feu, les fumées et les gaz de combustion se propagent très vite, asphyxiant les occupants, obscurcissant les lieux, entravant ainsi l’évacuation des personnes et l’intervention des secours. Il est donc primordial de l’évacuation de tous les produits de combustion. 

Caractéristiques 

Le désenfumage permet l’évacuation des fumées d’incendie et limite la propagation du feu et la destruction des biens. 

Il facilite l’évacuation du public en lui permettant de mieux voir son chemin et limite les effets toxiques des fumées ainsi que leur potentiel calorifique et corrosif. Il peut être naturel, mécanique ou les deux. 

 

Le désenfumage naturel 

Le désenfumage naturel des locaux est réalisé en provoquant un balayage satisfaisant du volume à désenfumer, par la disposition conjointe : 

  • D’amenées d’air neuf en partie basse du local réalisées : 
    • Soit par des ouvrants en façade ; 
    • Soit par les portes des locaux à désenfumer donnant sur l’extérieur ou sur des locaux ou dégagements mis en surpression ou pouvant être largement aérés ; 
    • Soit par des escaliers non encloisonnés ou à l’air libre ;
    • Soit par des bouches (raccordées ou non à des conduits). 
  • D’évacuation de fumée et de chaleur en partie haute du local grâce à la présence d’exutoire de fumée ou d’ouvrant de désenfumage en façade ou des bouches (raccordées ou non à des conduits. 

 

Le désenfumage mécanique 

Le désenfumage par tirage mécanique est assuré par des extractions mécaniques de fumées et des amenées d’air naturelles ou mécaniques disposées de manière à assurer un balayage du volume à désenfumer. 

Ce balayage peut être complété par une mise en surpression relative des espaces à mettre à l’abri des fumées. 

 

Les obligations d’équipement. 

Les ERP doivent être équipés de dispositifs permettant le désenfumagedans : 

  • Les locaux accessibles au public : 
  • de plus de 300 m² en rez-de-chaussée et en étage 
  • des locaux aveugles (sans ouverture extérieure) de plus de 100 m² ;  
  • des locaux en sous-sol de plus de 100 m²

Les locaux d’une superficie de plus de 2000 m² doivent être découpés en cantons de désenfumage ne devant pas excéder 1600 m2, dont la longueur doit rester inférieure à 60 m, et qui seront délimités par des écrans de cantonnement. Le désenfumage des ERP peut se faire par tirage mécanique ou bien grâce à un système de tirage naturel.  

  • Les escaliers (désenfumage par balayage naturel obligatoire) 
  • Les circulations horizontales en-cloisonnées : 
    • Circulations d’une longueur totale supérieure à 30 mètres ;
    • Circulations desservies par des escaliers mis en surpression ;
    • Circulations desservant des locaux réservés au sommeil ;
    • Les halls accessibles au public de plus de 300 m².  

 

Vérifications périodiques 

Les vérifications techniques des installations de désenfumage portent sur les commandes automatiques et manuelles, le fonctionnement des mécanismes de désenfumage, le compartimentage lorsqu’il y en a un. 

Elles sont effectuées tous les ans pour les ERP de la 1ère à la 4ème catégorie. 

Pour les ERP de 5ème catégorie, elles ont lieu à l’ouverture et en cours d’exploitation à l’initiative de l’exploitant (arrêté du 22/06/1990 PE 4).  

Lorsque existent une installation de désenfumage mécanique et un système de sécurité incendie de catégorie A ou B, les vérifications sont effectuées tous les trois ans par un organisme agréé. 

 

Références juridiques 

  • Règlement de sécurité contre les risques d’incendie et de panique dans les ERP (arrêté du 25 juin 1980 modifié) : 

Les articles DF définissent les règles générales applicables au désenfumage des ERP (notamment DF 9 et 10), puis toute une série d’autres articles définissent précisément les catégories à risques et / ou les surfaces utiles de désenfumage à calculer en fonction des destinations (types) de bâtiments.  

   

Cet article vous a t-il aidé ?
Non 0
Vues : 36