L’obligation d’emploi des travailleurs handicapés

Dernière modification : 19 juin 2023
Vous êtes ici :
Temps de lecture estimé : 2 min

Tout établissement de 20 salariés et plus (le seuil s’apprécie en ETP en moyenne sur l’année) doit employer des personnes en situation de handicap dans une proportion de 6% de l’effectif total.

Le seuil de 20 salariés doit être franchi pendant 5 années consécutives pour que l’obligation d’emploi s’impose. Autrement dit, en cas de franchissement du seuil à la baisse, l’employeur n’est plus assujetti à l’OETH à partir de l’année suivante suivant le franchissement : il doit franchir à nouveau le seuil pendant 5 années consécutives pour être à nouveau assujetti.

Désormais, tous les établissements peu importe l’effectif doivent déclarer chaque mois en DSN les bénéficiaires de l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés qu’ils emploient.

Les travailleurs pris en compte au titre de l’obligation d’emploi, c’est-à-dire ceux que l’on va retenir pour déterminer si l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés est remplie sont :

  • les travailleurs reconnus handicapés par la CDAPH ;
  • les victimes d’accidents du travail ou de maladies professionnelles ayant entraîné une incapacité permanente au moins égale à 10 % et titulaires d’une rente attribuée au titre du régime général de sécurité sociale ou de tout autre régime de protection sociale obligatoire ;
  • les titulaires d’une pension d’invalidité attribuée au titre du régime général de sécurité sociale, de tout autre régime de protection sociale obligatoire ou au titre des dispositions régissant les agents publics, à condition que l’invalidité des intéressés réduise au moins des deux tiers leur capacité de travail ou de gain ;
  • les personnes invalides titulaires d’une pension militaire d’invalidité, victimes civiles de guerre, victimes d’actes de terrorisme, etc.
  • les titulaires d’une allocation ou d’une rente d’invalidité attribuée aux sapeurs-pompiers volontaires en cas d’accident survenu ou de maladie contractée en service ;
  • les titulaires de la carte « mobilité inclusion » portant la mention « invalidité » ;
  • les titulaires de l’allocation aux adultes handicapés.

Ces personnes peuvent être embauchées dans le cadre d’un contrat de travail (CDD, CDI, contrat d’alternance et de professionnalisation), d’une convention de stage, d’une période de mise en situation en milieu professionnel et d’un contrat d’intérim : il n’y a pas de différence selon le type de contrat.

Attention, depuis le 1er janvier 2020, il n’est plus possible de prendre en compte les salariés mis à disposition par les entreprises du secteur protégé (entreprises adaptés, ESAT etc.) dans le calcul du nombre de bénéficiaires de l’obligation d’emploi. Dans le même principe, les salariés portés ne rentrent plus dans le calcul.

Avant de voir si l’établissement respecte son OETH, il faut vérifier combien ce dernier doit employer de travailleurs handicapés. Il convient de multiplier le nombre total de salariés par le taux d’obligation d’emploi (qui est de 6% jusqu’en janvier 2025), le résultat étant arrondi à l’entier inférieur. Ce calcul détermine le nombre de travailleurs handicapés à employeur pour respecter l’obligation d’emploi.

Exemple :

Il faut ensuite calculer le nombre de bénéficiaires de l’obligation d’emploi que l’établissement emploie directement (ou cf. précédemment, par le biais d’une convention de stage, d’un contrat d’intérim etc.) pour voir si cela correspond à l’obligation précitée.

Un bénéficiaire de l’obligation d’emploi compte pour un, même s’il relève de plusieurs catégories de travailleurs handicapés.

Les bénéficiaires de l’obligation d’emploi âgés d’au moins 50 ans (âge atteint au cours de l’année civile) comptent pour 1,5 au lieu de 1.

En cas de reconnaissance de bénéficiaire de l’obligation d’emploi de travailleur handicapé en cours d’année :

Pour plus de détails techniques, consultez le guide de l’OETH rédigé par l’URSSAF et l’AGEFIPH : Guide de l’OETH (urssaf.fr)

Si l’employeur n’atteint pas le taux d’obligation par emploi direct de BOETH de 6%, il est redevable d’une contribution annuelle déterminée au travers de plusieurs étapes successives.

N’hésitez pas à consulter le simulateur de calcul de contribution mis à disposition par l’Agefiph : Obligation d’emploi des travailleurs handicapés : estimez le montant de votre contribution financière ! | Agefiph

L’employeur peut s’acquitter de son obligation d’emploi en faisant application d’un accord d’entreprise agrée prévoyant la mise en oeuvre d’un programme pluriannuel en faveur des travailleurs handicapés, pour une durée maximale de 3 ans, renouvelable 1 fois. Pour plus d’informations à ce sujet, référez-vous au guide de l’OETH : Guide de l’OETH (urssaf.fr)

Par ailleurs, la contribution financière due si le taux d’emploi des travailleurs handicapés est inférieur à 6% peut être réduite dès lors que l’établissement sous-traite auprès d’entreprises adaptées, d’établissements et services d’aide par le travail, de travailleurs indépendants handicapés ou d’entreprises de portage salarial si le salarié porté est reconnu travailleur handicapé.
Les établissements soumis à l’OETH doivent déclarer chaque année le nombre de travailleurs handicapés via la DSN. Pour l’année 2022, la déclaration doit être déposée dans la DSN du mois d’avril 2023 exigible le 5 ou le 15 mai 2023.
Télécharger la fiche au format PDF
Mots-clés :
Cet article vous a t-il aidé ?
Non 0
Vues : 228

Continuer votre lecture

Précédent Le droit à l’image
Suivant La reconnaissance du statut de travailleur handicapé
Aller en haut